Le maraîchage urbain, la nouvelle dimension du circuit court
Publiée le 17 janvier 2019

L’intérêt des circuits courts ne fait aujourd’hui de doute pour personne. Pour répondre aux enjeux environnementaux et alimentaires, ils constituent une réponse aux différents défis vitaux auxquels font face nos sociétés. Dès lors, de nouvelles initiatives voient le jour et notamment dans les villes.

Le maraîchage urbain, une solution

Et dans les villes, apparaît donc aujourd’hui le maraîchage urbain. Et il s’agit d’une solution efficace ! En effet, l’Organisation des Nations Unies pour l’Agriculture et l’Alimentation (la FAO) estime qu’il est possible de produire 50kg de fruits et légumes frais par m2 et par an en milieu urbain. De quoi contribuer à alimenter les circuits courts et donc les populations urbaines, et ainsi réduire les pollutions liées aux transports.

On observe également une diversité dans les formes de maraîchages urbains, qui rend le concept très adaptable à tout type d’urbanité. Que les exploitations se trouvent dans les caves, sur les toits des immeubles, sur les façades des maisons ou dans les jardins péri-urbains où l’espace fertile ne manque pas. L’agriculture urbaine est donc un filon à exploiter pour répondre à la demande alimentaire à la fois quantitativement et qualitativement.

Agriculteur urbain, un métier d’avenir

La maraîchage urbain est donc aujourd’hui une réalité concrète qui tend à se développer. Si, toujours selon le FAO, l’agriculture urbaine est pratiquée aujourd’hui par 800 millions de personnes dans le monde ; elle pourrait aujourd’hui devenir un vivier d’emplois tant la demande est réelle et grandissante. En effet aujourd'hui, seuls 200 millions de personnes en font une production marchande. Ce qui tend à différencier la pratique du maraîchage urbain, une pratique professionnelle à celle de jardinier urbain, dont le but est l'auto-suffisance alimentaire.

Il s’agit donc d’un métier d’avenir, qu’il faut aujourd’hui soutenir pour répondre aux enjeux à la fois de sous-nutrition et de malbouffe au niveau local et global.

C’est en effet une démarche positive que Solylend est prête aujourd’hui à soutenir. Solylend a en effet déjà contribuer à financer de nombreux projets d’impact et notamment dans l’agriculturepar deux fois, avec le projet de ferme d’insectes Entomo Farm. Nous sommes donc convaincus que si changer le monde c’est changer la manière dont on le finance, changer la manière dont on le nourrit a aussi un impact certain sur la qualité de vie de tous.

Vous êtes porteur d’un projet de maraîchage urbain ? Nous pouvons vous aider, contactez-nous dès maintenant et agissons ensemble pour une nouvelle agriculture et une meilleure alimentation.